Garantie 50 ans

Une garantie longue durée

Plus de 50 à 70 ans de durée de vie pour les membranes
d'étanchéité en EPDM.
Méthodologie scientifique
 
L'institut allemand de matériaux synthétiques SKZ (Süddeutsche Kunststoff Zentrum)
à Würzburg vient de réaliser une étude sur la durée de vie des membranes
d'étanchéité en caoutchouc EPDM destinées aux toitures plates. Cette étude a été
ordonnée par l'association allemande de l'industrie du caoutchouc WDK
(Wirtschaftsverband Deutsche Kautschukindustrie) et par l'association des
producteurs de systèmes d'étanchéité en caoutchouc EPDM au Benelux VESP
(Vereniging EPDM Systeem Producenten)
À partir des listes de références de différents fabricants de membranes EPDM
(Hertel, Phoenix, Pirelli, SaarGummi et Trelleborg), l'institut SKZ a prélevé 39
échantillons sur des toitures situées en Europe de l'Ouest. Ces étanchéités de
toitures plates avaient entre 2 et 30 ans d'âge. Les membranes d'étanchéité étaient
totalement exposées aux conditions climatiques sans aucune protection ou
gravillon.
Introduction
 
Les caractéristiques minimales pour les membranes élastomères destinés aux
toitures plates sont définies entre autres par la norme DIN 7864. Le vieillissement de
la membrane EPDM ne peut cependant pas être déterminé sur base de ces critères.
Actuellement, aucun critère significatif n'a été retenu pour déterminer le vieillissement
des membranes d'étanchéité en général.
Tout matériau d'étanchéité vieillit et ne peut assumer sa fonction d'étanchéité
indéfiniment. Le vieillissement des membranes d'étanchéité est provoqué par
l'exposition aux rayons ultra-violets et à l'ozone, par les différences de températures,
par les micro et macro organismes, par les contraintes statiques et dynamiques.
À partir de cette constatation, l'institut de recherche SKZ a recherché des facteurs de
vieillissement visibles et quantifiables tels:
- les fissurations en surface
- le ternissement de la brillance en surface
- la diminution des caractéristiques mécaniques
- la diminution de l'élasticité
 
Méthodologie
Les 39 toitures ont été visitées, l'étanchéité a été contrôlée et les membranes
d'étanchéité ont été inspectées visuellement. Un échantillon de membrane d'environ
1 m2à été prélevé sur chaque toiture.
Aucune toiture visitée ne présentait de défaillance et aucun vieillissement visible n'a
été constaté. À partir des échantillons prélevés, on a essayé d'établir des
graphiques sur base d'un module d'élasticité à 100% (E 1-2%) afin d'évaluer le
vieillissement des membranes EPDM. Cette méthode n'a donné aucun résultat
probant et a été abandonnée.
Seules les valeurs d'allongement à la rupture ont permis d'obtenir une image
caractéristique du vieillissement réel du matériau.
Laboratoire
Des échantillons prélevés, on a effectué des tests mécaniques afin de déterminer la
résistance à la traction, l'allongement rupture, etc. On a fait de même sur des
échantillons de matériaux neufs en provenance des mêmes fabricants. Ces
échantillons ont ensuite été vieillis artificiellement aux rayons ultra-violets (à 70° C) et
à différentes températures constantes: 70°C, 80°C, 90°C, 100°C et 110°C.
Les caractéristiques mécaniques ont été relevées après 7 jours et 14 jours ainsi
qu'après 1, 2, 3, 6, 12 et 24 mois. Ces essais ont duré 2 ans!
 
Résultats de l'étude
 
Le seuil minimal du critère d'allongement à la rupture a été fixé de manière
conservative à 150%, seuil au-delà duquel l'étanchéité ne serait théoriquement plus
assurée. Ceci pourrait être comparé à d'autres types d'étanchéité (bitumineuse ou
synthétique) en adhérence totale et qui fonctionnent normalement avec des valeurs
"d'allongement rupture" nettement inférieures.
De la masse de valeurs obtenues au cours de ces essais, les valeurs d'allongement
rupture obtenues ont été transposées en graphique en fonction de l'évolution du
temps.
Sur ces courbes (à 70°C, 80°C, 90°C, 100°C et 110°C), on peut trouver le temps
qu'il faudra pour atteindre les 150% d'allongement rupture. Ces temps sont ensuite
étalés dans un graphique en abscisse 1/T (température en OK)et l'échelle
logarithmique du temps en ordonnée. Afin de pouvoir comparer, on indique
également les résultats des tests obtenus sur des échantillons neufs.
En faisant une régression linéaire, on obtient une ligne droite qui nous permet
d'obtenir des valeurs à basse température. Les différentes lignes sont presque'
parallèles. La ligne des échantillons neufs (BO) est un peu plus
inclinée.
L'institut de recherche SKZ donne les explications suivantes :
L'inclinaison des lignes, est directement liée au vieillissement du matériau EPDM.
Cela correspond à l'énergie dégagée pour le procès de vieillissement. Au plus
l'inclinaison des lignes est forte, au plus haute est la stabilité thermique à long terme.
Du fait que les lignes sont parallèles, on peut effectuer les calculs suivants:
- Le matériau EPDM BO a après 30 ans d'exposition aux u.v., encore un
allongement à la rupture de 341%. Au travers des différentes courbes (à
70DC,80DC,90DC,100DCet 11ODC) obtenues sur un échantillon neuf BO, on
peut également connaître le temps qu'il faudra pour obtenir un allongement à
la rupture de 341%. Ces différents temps sont indiqués en abscisse 1fT
(température en DK) et l'échelle logarithmique du temps est indiquée en
ordonnée.
- En faisant une régression linéaire, on obtient une ligne droite qui nous permet
d'obtenir les valeurs d'allongement à la rupture à basse température.
- Sur base de ces courbes obtenues pour une échantillon neuf BO,
l'allongement à la rupture de 341% après 30 ans ou 262.800 heures
correspond à une température moyenne sur la toiture de 42DC. Celle-ci
correspond à la température moyenne annuelle entre les températures basses
en hiver et les températures hautes en été.
- Si l'on calcule la durée de vie résiduelle d'une membrane EPDM qui est déjà
restée plus de 30 ans exposée aux u.v. et ce, à une température moyenne de
42 DC, on obtient une durée de vie résiduelle de plus de 50 ans!
- Si on fiat le même calcul sur les 39 autres échantillons, on trouve une
température moyenne de 50 DC maximum et une durée de vie de 70 ans
minimum.

Conclusion
 
Bien que de nombreux paramètres influencent le vieillissement de la membrane
EPDM, il a été démontré que la durée de vie de la membrane EPDM est
principalement influencée par la température extérieure.
Dans des conditions climatiques normales, l'institut de recherche SKA estime que la
durée de vie de la membrane EPDM est supérieure à 70 ans. Cette conclusion est
basée sur la prise en compte très conservative d'un seuil plancher de 150%
d'allongement à la rupture.
Toutefois, et afin de tenir compte de la diversité des matériaux, des valeurs extrêmes
et des différents systèmes d'étanchéité, l'institut SKZ recommande d'estimer la durée
de vie de la membrane EPDM à plus de 50 ans.

Source de l’étude sur firestonebpe.com